Prévenir l’incontinence urinaire

Prévenir l’incontinence urinaire

L’incontinence urinaire renvoie au trouble du fonctionnement de la vessie, caractérisée par des pertes involontaires par les patients.

Combien des personnes l’incontinence touche?

Touchant différemment les hommes et les femmes, cette pathologie disgracieuse est malheureusement courante : elle touche près d’une femme sur trois après 75 ans, près de 60% des femmes résidant en institutions spécialisées et peut affecter chroniquement les hommes notamment après quatre-vingt ans, on estime en effet que près d’un quart des hommes de plus de 90 ans en souffrent.

Très mal acceptés par les victimes

Souvent mal acceptées par les personnes qui en sont victimes, cette maladie est due au vieillissement de la vessie qui perd en élasticité et donc, ne se contracte plus assez.

Si elle n’a plus la même capacité de réplétion, la vessie atteinte d’incontinence se vide moins bien, ce qui explique les patients sont exposés à des risques d’infection urinaire plus élevés et ressent des envies d’uriner plus fréquentes.

Trois différences types d’incontinence

incontinence expliquee

L’incontinence urinaire chez les seniors peut se manifester sous trois formes :

  • L’incontinence urinaire dite « d’effort » qui survient après un effort physique occasionnant des pertes.
  • L’incontinence par une sensation d’ « envie pressante » et irrépressible, s’accompagnant de fuites urinaires
  • L’incontinence par « regorgement » qui se caractérise par le surremplissement de la vessie qui n’est plus en mesure de retenir l’urine.

Dans l’ensemble de ces cas, les muscles de la vessie sont à la base des problèmes d’incontinence. Souvent occasionnée par le vieillissement, l’incontinence urinaire peut être due à des maladies séniles comme Parkinson ou la sclérose en plaque.

Traiter la pathologie à temps

On peut déceler ces problèmes auprès d’un médecin généraliste qui saura vous prendre en charge en établissant un premier bilan et un protocole de soin. Il y définira le degré de dépendance de la personne affectée et proposera un protocole de prise en charge adapté.

Pour les cas les plus légers où les personnes sont en pleine possession de leurs moyens, ses séances de rééducation périnéales peuvent vous être prescrites voire un traitement médicaments à base de d’alpha-bloquants qui agissent sur l’activité musculaire.

Dans les cas les plus sévères, un internement en établissements spécialisés de type EPHAD peuvent être une solution. En effet, une prise en charge complète du patient avec un programme de réhabilitation adapté.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *